ActualitsInstitutionTerritoireTourismeBien vivreEnfanceMaison des Services PublicsHorizonsOutils
  Vous tes ici : accueil > territoire > goparc et grands sites de france > goparc mondial unesco
Territoire
 

Commune de la Hague
8, rue des Tohagues
BP 217 Beaumont-Hague 50442 La Hague cedex
Tl : 02 33 01 53 33
Fax : 02 33 01 93 48
Lat : 49°39'42.73
Long : 1°49'47.63
 picto Horaires :
Lundi : 8h-12h et 13h30-17h30
Mardi : 8h-12h et 13h30-18h
Mercredi : 8h-12h et 13h30-17h30
Jeudi : 8h-12h et 13h30-17h30
Vendredi : 8h-12h et 13h30-16h30
Samedi : 9h-12h
picto
pictodiminuer la taille du texteagrandir la taille du texteimprimez la page

Mise jour : 17-02-2020
Partagez sur Facebook  Partagez sur twitter  Partagez sur Google+  Partagez sur Linkedin  Partagez sur Viadeo

Goparc Mondial UNESCO

 

 

La commune de La Hague est candidate au label Géoparc mondial UNESCO et entend déposer sa candidature en novembre 2021.

Le label Géoparc reconnaît un territoire géologique exceptionnel et un travail d'animation et de valorisation de l’ensemble des patrimoines (patrimoines paysager, naturel, bâti, archéologique, patrimoine associé à des légendes, à des savoir-faire, à des attachements à des produits locaux, …).

Un Géoparc vise à rapprocher l’ensemble des acteurs du territoire (habitants et associations, professionnels du tourisme, artisans, agriculteurs, éducateurs et enseignants, …) autour de projets partagés, pour accroître leur efficacité et leur portée. Il vise ainsi à améliorer la visibilité de l’offre proposée par chacun en matière éducative, en matière de médiations, ou de savoir-faire…
Le Géoparc propose de nouvelles clés de lecture à La Hague, permettant de mieux la comprendre, d’en saisir toutes les dimensions, au regard de la diversité des richesses qu’elle recouvre.

La Hague, un territoire au caractère exceptionnel

Situé à la pointe Nord-Ouest du Cotentin, sur le massif armoricain, le Géoparc en projet de La Hague, s’étend sur 19 communes déléguées ayant récemment fusionné en une seule commune, candidate aujourd’hui au label Géoparc. Ce petit territoire d’environ 150 km² et 12 000 habitants, permet pourtant de raconter 2,1 milliards d’années d’histoire de la Terre, c’est-à-dire presque la moitié de l’histoire de notre planète. Sur ce petit territoire de bout du monde, qui a voyagé au cours de l’histoire de la Terre sous différentes latitudes, sont ainsi accessibles au toucher, les plus vieilles roches de France métropolitaine. La Hague, c’est aussi les vestiges de 3 chaînes de montagne, que l’érosion a lentement démantelées, les vestiges d’éruptions volcaniques explosives ou les archives du climat conservées depuis 220 000 ans qui font écho aussi aux enjeux d’aujourd’hui. Tous les liens que l’homme a tissés avec son substrat et que le Géoparc vise en outre à révéler, se lisent dans nos paysages depuis les falaises septentrionales de La Hague, immortalisées par Jean-François Millet, en passant par ses étroites prairies littorales aux accents irlandais, ses landes, son vaste massif dunaire, ou à travers la beauté de son patrimoine bâti très bien conservé. Le caractère exceptionnel et la diversité de ces paysages de La Hague ont justifié il y a plusieurs dizaines d’année, une protection de niveau national en raison de leur intérêt général au point de vue « pittoresque ». La Hague, c’est ainsi à ce jour également un Grand Site en projet, aspirant à devenir un Grand Site de France.

 

Qu’est-ce qu’un Géoparc UNESCO ?

Le label reconnaît un patrimoine géologique remarquable et la qualité d’un projet de territoire reposant sur une politique en matière d’éducation et de développement local fondé sur un tourisme durable. L’intérêt géologique du territoire est ainsi apprécié sur la base de différents critères : sa qualité scientifique, sa valeur pédagogique et touristique.

Mais un Géoparc ne se réduit toutefois pas à la seule importance de son héritage géologique. Il vient révéler et tisser des liens entre cet héritage et tous les autres aspects du patrimoine naturel, culturel et immatériel. Il s’agit de mettre en relief la façon dont l’histoire de la planète a façonné nos vies et nos sociétés. La démarche prend donc également en compte les pratiques sociales passées et actuelles, les savoir-faire traditionnels qui façonnent notre territoire, ou encore les sites d'intérêt archéologique, écologique, historique et culturel, qui intégrés au projet, font du Géoparc un véritable levier de développement et de projets pour le territoire.

Ainsi un Géoparc est-il un outil de développement territorial qui prend racine dans l’ensemble des patrimoines d’un territoire.


Un Géoparc comprend 5 domaines d’actions :

• L’éducation à l’environnement et au développement durable, que ce soit auprès des scolaires ou du grand public ; La démarche vise en effet à asseoir le lien au territoire comme fil conducteur d'un développement responsable, respectueux de son environnement et conscient de ses ressources ;

• Le géotourisme à travers en particulier des activités de médiations et d’interprétation qui visent à révéler toutes les richesses du territoire et à donner du sens à la visite ; le visiteur est ainsi invité à prendre le temps de la découverte, de l’observation et de la connaissance ;

• La recherche alors que le projet vise à révéler toujours plus la relation de l'Homme et de la Terre et à accroître les connaissances sur nos patrimoines

• Le développement économique durable en lien avec le développement d’une offre touristique de qualité, en phase avec les ressources naturelles et l'activité agricole et artisanale du territoire

• La coopération nationale et internationale alors que les Géoparcs se définissent avant tout comme un réseau au sein duquel les différents membres s’engagent à travailler ensemble dans une logique de partage d’expériences. Ce réseau se nourrit des enseignements de chacun et de l’élaboration de projets communs entre Géoparcs.

 

Pourquoi la Hague peut-elle prétendre et prétend-elle à ce label ?


La Hague peut prétendre à ce label parce qu’elle renferme un patrimoine géologique reconnu comme d’intérêt national voire international. L’anse du Culeron, la Baie d’Ecalgrain, La pointe de Jardeheu, ou Herquemoulin constituent des références pour les spécialistes et de formidables écoles de terrain pour des publics curieux et animés par un désir de connaissance sur l’histoire de la Terre ou des climats.
La Hague peut prétendre à ce label parce qu’elle bénéficie d’une richesse patrimoniale qui va bien au-delà de sa géologie ; parce qu’elle bénéficie aussi depuis longtemps d’un haut niveau de protection, d’un attachement local à la qualité de ses paysages et d’un dynamisme socio-économique qui a permis de préserver cette richesse.

La Hague prétend à ce label parce que son objectif est aujourd’hui de révéler ouvertement cet héritage, et de réaffirmer son identité historique et culturelle. La Hague prétend à ce label pour soutenir son économie locale et la qualité de vie offerte à ses habitants. La Hague prétend à ce label parce qu’il constitue une opportunité de mener un projet collectif, un projet multi-partenarial, un projet de territoire, fondé sur sa propre richesse, celle de son patrimoine.
La commune nouvelle de la Hague se propose ainsi d’être le porteur et le gestionnaire de ce projet, dans le cadre d’une gestion concertée et partagée avec l’ensemble des acteurs du territoire et en particulier les communes déléguées, la communauté d’agglomération Le Cotentin, les gestionnaires des espaces naturels, et les professionnels du tourisme. Mais ce label n’a de sens que si les habitants, les éducateurs, les acteurs du tourisme, les agriculteurs, les artisans, … en sont les 1ers parties prenantes et ambassadeurs. Car ce sont eux les garants de l’authenticité du territoire dans cette démarche qui s’engage.

Parce qu’il offre une reconnaissance internationale à La Hague, pour la qualité de ses sites géologiques, de ses paysages, ou encore de ses sites naturels ou archéologiques, le label Géoparc mondial UNESCO est avant tout un outil de développement local. Il constitue par ailleurs le 2e pilier sur lequel repose le projet communal, au côté du projet éducatif social local, parce qu’il permet de mettre en synergie un ensemble d’acteurs impliqués dans la découverte, le partage et la transmission de la richesse de nos patrimoines, dans l’éducation et l’économie locale.


Et il ne s’agit que d’en tirer des avantages

C’est parce que le territoire est protégé que nous pouvons aujourd’hui prétendre au label, et non pas l’inverse. Le Label est ce qui doit nous permettre de tirer des bénéfices de nos efforts.  Il s’agit bien aujourd’hui de tirer avantage des contraintes subies jusqu’à présent : avantages en matière d’offres éducatives, en matière d’accueil, de qualité de vie, de transport et de développement local. Il s’agit aussi de rendre chacun fier de notre commune, de donner à chacun l’envie d’agir pour elle, et d’en transmettre les richesses dans les meilleures conditions. Parce que la commune est engagée en parallèle, dans une Opération Grand Site, elle s’est mise en capacité d’anticiper et de gérer l’accueil des visiteurs, et en particulier s’agissant des déplacements vers et au sein du territoire. Les réflexions en cours concernant les mobilités profiteront donc en premier lieu aux habitants. Et, parce qu’un projet de Géoparc, comme un projet de Grand Site de France est un projet de développement durable, qui vise l’expérience sensible et la découverte en immersion du territoire, c’est sur les mobilités douces et l’itinérance qu’elle entend appuyer son projet à destination des visiteurs.

 

Les étapes de la candidature

• Avant Juillet 2021 : Lettre d’intention
• Entre Octobre et Novembre 2021 : Envoi du dossier de candidature
• Décembre 2021 - Avril 2022 : Étude du dossier par des experts de l’UNESCO et de l’Union internationale des sciences géologiques
• Mai – Août 2022 : Sous réserve de l’avis favorable des experts, mission d’évaluation sur le territoire par 2 évaluateurs de l’UNESCO sur quelques jours
• Septembre 2022 : Avis sur les candidatures émis par le Conseil des Géoparcs mondiaux UNESCO
• Printemps 2023 : Le conseil exécutif de l’UNESCO rend sa décision


Quelques chiffres clefs (sources 2020)

147 Géoparcs dans le monde, représentants 41 pays
75 Géoparcs en Europe
7 Géoparcs en France : Géoparc de Haute Provence, du Luberon, des Bauges, du Chablais, des Monts d’Ardèche, des Causses du Quercy, et du Beaujolais ; auxquels s’ajoutent 2 Géoparcs dont la candidature sera évaluée cette année : Les Géoparcs Armorique et Normandie-Maine, plus près de chez nous.

 

Pour connaître les événements liés au Géoparc :
>>> Consultez l'agenda !

 

 


programme culturel



visites virtuelles 360°