ActualitésInstitutionTerritoireTourismeBien vivreEnfanceMaison des Services PublicsHorizonsOutils
  Vous êtes ici : accueil > actualités > À la une > risque face à l'hiver : les recommandations
Actualités
 

Commune de la Hague
8, rue des Tohagues
BP 217 Beaumont-Hague 50442 La Hague cedex
Tél : 02 33 01 53 33
Fax : 02 33 01 93 48
Lat : 49°39'42.73
Long : 1°49'47.63
 picto Horaires :
Lundi : 8h-12h et 13h30-17h30
Mardi : 8h-12h et 13h30-18h
Mercredi : 8h-12h et 13h30-17h30
Jeudi : 8h-12h et 13h30-17h30
Vendredi : 8h-12h et 13h30-16h30
Samedi : 9h-12h
picto
pictodiminuer la taille du texteagrandir la taille du texteimprimez la page

Mise à jour : 03-12-2020
Partagez sur Facebook  Partagez sur twitter  Partagez sur Google+  Partagez sur Linkedin  Partagez sur Viadeo

Risque face à l'hiver : les recommandations

🔶  Plan grand froid

Comme à chaque fin d’année et à l’approche de la période hivernale, le plan grand froid est activé, vous trouverez ci-dessous les recommandations préventives :

Pendant l’hiver, les températures avoisinent zéro et peuvent être à l’origine de risques pour la santé : hypothermie (diminution de la température du corps en dessous de 35°C), gelures pouvant conduire à l’amputation, aggravation d’éventuels risques cardio-vasculaires… Des gestes simples permettent cependant d’éviter les risques tout en prêtant une attention accrue aux enfants et aux personnes âgées qui, eux, ne se plaignent pas du froid !

Le froid demande des efforts supplémentaires à notre corps, et notamment à notre cœur qui bat plus vite pour lutter contre le refroidissement. Ainsi, en période de grand froid, mieux vaut limiter les efforts physiques même lorsqu’on est en bonne santé. Sachez également que cela pourrait aggraver d’éventuels problèmes cardio-vasculaires.

Malgré les idées reçues, la consommation d’alcool ne réchauffe pas. Au contraire, cela peut s’avérer dangereux car l’engourdissement fait disparaitre les signaux d’alerte du froid et on ne pense pas à se protéger.
Ne surchauffez pas votre logement mais chauffez normalement en vous assurant de sa bonne ventilation pour éviter tout risque d’intoxication au monoxyde de carbone.

Pour éviter tout risque d’hypothermie ou de gelures, il convient de se couvrir convenablement, notamment au niveau des extrémités, et de se couvrir le nez et la bouche pour respirer moins d’air froid. De plus, de bonnes chaussures permettent d’éviter les chutes.

Enfin, si vous remarquez une personne sans abri ou en difficulté dans la rue, appelez le 115.

Très grande prudence en cas de vague de froid extrême
Une vague de froid extrême s’abat sur votre région ? En plus des gestes indispensables liés aux basses températures, de bons réflexes permettent de limiter les risques pour votre santé.

Tout d’abord, mieux vaut rester le plus possible chez vous à l’abri du froid, non sans avoir prévu de l’eau et des vivres et en chauffant normalement. Si vous devez impérativement sortir, redoublez de vigilance et couvrez-vous suffisamment en essayant de limiter les efforts physiques et évitez de sortir le soir car il fait encore plus froid.


Mieux vaut également ne pas sortir les bébés et les jeunes enfants, même bien protégés. Enfin, si vous devez utiliser votre véhicule, il est important de vérifier son état de fonctionnement général et de ne pas partir sans avoir écouté la météo et emporté une trousse de secours, des couvertures et une boisson chaude !

 


🔶   La Grippe : réduire la transmission

Les épidémies de grippe surviennent chaque année en France au cours de l'automne et de l'hiver. Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse. La vaccination est le meilleur moyen de s’en protéger.

Retrouvez les recommandations de l'assurance maladie ici

 


 


🔶   Réduire les risques d’intoxication au monoxyde de carbone (CO)

Chaque année, ce gaz toxique est responsable d’une centaine de décès en France. Invisible, inodore et non irritant, le monoxyde de carbone est indétectable. Des gestes simples contribuent pourtant à réduire les risques.

Les appareils utilisant des combustibles (gaz naturel, bois, charbon, fuel, butane, propane, essence ou pétrole etc.) pour la production de chaleur ou de lumière sont tous susceptibles, si les conditions de leur fonctionnement ne sont pas idéales, de produire du monoxyde de carbone (CO).

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner tout le monde. Afin de limiter les risques, adoptez les bons gestes :

  • Avant l’hiver, faites systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié ;
  • tous les jours, même quand il fait froid, aérer au moins 10 minutes votre logement ;
  • maintenez vos systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et n’obstruez jamais les entrées et sorties d'air ;
  • respectez systématiquement les consignes d'utilisation des appareils à combustion indiquées par le fabricant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d'appoint en continu ; placer impérativement les groupes électrogènes à l'extérieur des bâtiments ; ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc.

Au niveau collectif : les organisateurs de rassemblements (manifestations culturelles ou religieuses, réunions de famille par exemple) doivent être tout particulièrement attentifs. Les intoxications liées à l’utilisation de chauffages à gaz sont fréquentes et concernent chaque année plusieurs centaines de personnes en France.

Les symptômes de l’intoxication au monoxyde de carbone

Les symptômes - maux de tête, fatigue, nausées - apparaissent plus ou moins rapidement et peuvent toucher plusieurs personnes au sein du foyer. Une intoxication importante peut conduire au coma et à la mort, parfois en quelques minutes. Il faut donc agir très vite : en cas de suspicion d’intoxication, aérez immédiatement, arrêtez si possible les appareils à combustion, évacuez les locaux et appelez les secours en composant le 15, le 18 ou le 112 (et le 114 pour les personnes malentendantes).
La prise en charge des personnes intoxiquées doit intervenir rapidement, dès les premiers symptômes, et peut nécessiter une hospitalisation.

Plus d'informations ici

 


programme culturel



visites virtuelles 360°